Les militants des droits de l’homme demandent une reconnaissance et une protection juridiques

ISHR

Le Réseau des défenseurs des droits de l’homme de Sierra Leone et Amnesty International font campagne pour l’adoption d’une nouvelle loi sur la protection des militants des droits de l’homme en Sierra Leone, avec le soutien du ISHR.

À la demande des ONG de Sierra Leone, le ISHR a soutenu un dialogue politique entre les ONG et les acteurs gouvernementaux pour discuter et enrichir un projet de loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme, qui a eu lieu à Freetown le 30 mai. Le projet de loi de la Sierra Leone s’inspire largement de la loi nationale type sur la reconnaissance et la protection des défenseurs des droits de l’homme.

Le 31 mai, l’ISHR et ses partenaires ont rencontré des membres des commissions législatives et parlementaires des droits de l’homme de Sierra Leone, afin de discuter plus avant du projet de loi et des prochaines étapes d’approbation.

“Nous sommes impressionnés et heureux de constater les progrès majeurs réalisés dans la préparation d’un projet de loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme en Sierra Leone”, déclare Adelaïde Etong Kame de l’ISHR. “Mais nous sommes également préoccupés par les réglementations relatives aux ONG qui restreignent la liberté d’association”, prévient-elle.

La Sierra Leone pourrait devenir le premier pays du Commonwealth en Afrique à adopter une nouvelle loi sur la protection et la reconnaissance des défenseurs des droits de l’homme, et les ONG nationales sont désireuses de soutenir ce processus. Les ONG nationales souhaitent soutenir ce processus. Les militants, y compris ceux qui travaillent sur les droits fonciers, sont confrontés à toute une série de menaces et de défis, comme l’ont souligné plusieurs procédures spéciales des Nations unies.

Les experts de l’ONU et les ONG sierra-léonaises ont également exprimé leur inquiétude face aux politiques restrictives des ONG qui “imposent de sévères restrictions aux OSC et empiètent sur l’exercice des droits à la liberté d’expression et à la liberté d’association qui sont garantis par le droit international des droits de l’homme”.

“Nous espérons que les autorités de Sierra Leone enverront un signal fort à la communauté internationale en adoptant la nouvelle loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme et en révisant les politiques restrictives des ONG. Cela serait en conformité directe avec l’ODD 16 – paix, justice et institutions fortes” conclut Etong Kame.

Vidéo : L’ISHR sur Ayvnews TV à propos des efforts de la Sierra Leone vers une loi protégeant les défenseurs des droits de l’homme.

Retrouvez le document dans sa source originale ici