Afghanistan

Un décret du président de la République islamique d’Afghanistan a été promulgué fin 2020 pour protéger les défenseur·e·s des droits humains, et une “Commission conjointe pour la protection des droits humains” a été créée sous la présidence du professeur Sarwar Danish, le deuxième vice-président.

Le décret présidentiel vise à “fournir le terrain nécessaire et efficace pour la protection des questions de droits humains en Afghanistan et le respect des engagements du gouvernement afghan en matière de droits humains et de protection des défenseur·e·s et militants des droits humains”.

Selon le décret, la Commission sera composée du procureur général, du ministre de la Justice, du ministre de l’Intérieur, du ministre de la Condition féminine, du chef de la Commission indépendante des droits humains d’Afghanistan, du directeur général de la Sécurité nationale, du directeur général de la Direction indépendante de la gouvernance locale, du vice-ministre des Affaires étrangères, du représentant de la Cour suprême, du représentant du Bureau juridique, législatif et judiciaire du Bureau administratif du président et de représentants d’autres départements concernés, si nécessaire, et approuvés par le président de la Commission.

Selon la Commission, parmi leurs objectifs figurent “la préparation de la procédure de mise en œuvre de la Commission, la détermination des priorités de travail de la Commission, l’élaboration d’un plan conjoint avec les organisations non gouvernementales dans le domaine des droits humains afin de définir le mécanisme de protection des défenseur·e·s des droits humains, l’obtention des avis des défenseur·e·s des droits humains et des bailleurs de fonds nationaux et étrangers, ainsi que le traitement des recommandations, plans et plaintes des défenseur·e·s des droits humains.

Le secrétariat de la “Commission conjointe pour la protection des défenseur·e·s des droits humains” relève de la Commission indépendante des droits humains.