Colombie: Loi 418 de 1997 sur la protection de personnes à risque

La loi colombienne a été le premier mécanisme de protection à être mis en place (en 1997). C’est aussi le document le plus important, avec le plus grand budget (il faut noter ici que le programme couvre également d’autres groupes, tels que les membres des autorités locales et les anciens présidents). En 2015, il couvrait quelque 1 810 défenseur·e·s des droits humains (DDH ou défenseur·e·s) et a dépensé
23 millions de dollars américains rien que pour les gardes du corps et les véhicules. Le mécanisme a été créé par décret présidentiel et a ensuite évolué à travers de nombreux évolutions et modifications apportées par différents décrets et résolutions, qui l’ont adapté aux diverses exigences administratives, aux demandes des défenseur·e·s et aux décisions du système juridique colombien. Le mécanisme a été sévèrement critiqué par les organisations de défense des droits humains car, malgré l’étendue de son champ d’application, le nombre de défenseurs des droits de l’homme qui ont été menacés et assassinés au cours de son existence a augmenté.

La loi 418 de 1997 a ordonné au ministère de l’Intérieur de mettre en place un programme de protection pour personnes en danger en raison du conflit armé et de la violence politique. Ce programme a connu de nombreux développements et modifications. L’actuel Programa de Prevención y Protección de los derechos a la vida, la libertad, la integridad y la seguridad de personas, grupos y comunidades (Programme de prévention et de protection des droits à la vie, à la liberté, à l’intégrité personnelle et à la sécurité des personnes, des groupes et des communautés) date de 2011.

Lisez plus sur la politique nationale de protection Colombienne dans The Time is Now (Protection International, 2018).

Trouvez le document original ici (Gobierno de Colombia).