Protection des défenseurs des droits de l’homme : Bonnes pratiques et leçons apprises

Protection International

Ces dernières années, plusieurs gouvernements ont développé des mécanismes nationaux spécifiques pour protéger les défenseurs, tous dans des pays où la protection des défenseurs des droits de l’homme fait gravement défaut. Ces mécanismes (lois, politiques d’action, bureaux) ont été mis en place sous la pression (et avec la coopération) d’organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme, avec le soutien juridique essentiel de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme.
À Protection International, cette évolution nous a conduits à étudier ces initiatives nationales : quelles sont-elles et en quoi consistent-elles ? Comment ont-elles vu le jour, comment fonctionnent-elles et quel est leur impact sur la protection des défenseurs ? Nous avons mis en place un groupe d’étude (composé de juristes et d’experts en protection) et réalisé un grand nombre d’entretiens avec des hommes et des femmes défenseurs ainsi qu’avec des responsables gouvernementaux dans 16 pays sur trois continents.

Nous avons également entamé un processus de compilation et d’analyse des instruments juridiques d’application au niveau national (tout en examinant les instruments universels et régionaux existants). Au cours de l’étude, nous n’avons trouvé des initiatives nationales non gouvernementales de ce type qu’au Brésil, en Colombie, au Guatemala, au Mexique et au Pérou (Amérique centrale et du Sud), en Ouganda et en République démocratique du Congo (Afrique) et au Népal (Asie). Si plusieurs organisations travaillent sur les questions de protection et apportent des contributions importantes, seuls le Guatemala (Programme UDEFUGUA), l’Ouganda (EHAHRDP) disposent de trois unités de défenseurs spécifiquement mises en place par la société civile. Ce sont des pionniers dans le domaine et, avec les bureaux de protection établis par PI et les organisations de soutien (telles que Peace Brigades International), ils font partie des groupes de la société civile dont la seule mission est la protection des défenseurs sur le terrain.


Compte tenu de la nature vaste et complexe des résultats de l’enquête, nous avons décidé de les compiler en deux parties sous le titre général, “Protection des défenseurs des droits de l’homme : meilleures pratiques et leçons apprises”. La partie I est sous-titrée “Législation, politiques nationales et unités de défenseurs”, et nous y analysons les aspects législatifs et structurels de ces initiatives de protection. La partie II, “Programmes de protection des défenseurs”, analyse les aspects pratiques des programmes de protection : les mesures qu’ils comprennent, leur structure et leurs résultats. La partie II se concentre sur les trois pays dont les programmes de protection ont été examinés, à savoir le Brésil, le Guatemala et la Colombie.

Retrouvez le document dans sa source originale ic (Protection of human rights defenders: best practices and lessons learnt is also available in Spanish and French).