Approche critique sur le droit de défendre les droits humains

Dans cette publication, nous expliquons notre compréhension de ce droit en mettant l’accent sur les identités collectives et diverses que le terme “DDH” contient. La publication propose également des éléments clés pour un récit renouvelé qui reflète mieux les différentes réalités et expériences des défenseur·e·s des droits humains.

Cette publication est destinée aux défenseur·e·s des droits humains, aux organisations et aux principales parties prenantes qui souhaitent promouvoir des récits plus larges, diversifiés et inclusifs sur les défenseur·e·s des droits humains. Elle inclut des propositions de nouveaux récits qui peuvent être utiles pour les stratégies de plaidoyer, de communication et de collecte de fonds liées aux défenseur·e·s des droits humains.

Quelques messages clés de cette publication :

  • L’exercice individuel et collectif de ce droit nécessite un environnement favorable qui n’entrave pas ce dernier, mais protège plutôt celleux qui l’exercent.
  • Les relations de domination, la discrimination et le déséquilibre des pouvoirs influencent la visibilité des luttes des défenseurs·e·s et le soutien qu’ils reçoivent. La défense des droits humains doit toujours être contextualisée et ne peut être dépolitisée.
  • Les défenseur·e·s des droits humains sont définis par leurs actions et les droits qu’iels défendent, qu’iels s’identifient ou non comme défenseur·e·s des droits humains.
  • Nous ne pouvons pas réduire ou simplifier l’identité des défenseur·e·s. Plusieurs identités peuvent se manifester au sein d’une même personne ou d’un même collectif (par exemple, femme, agricultrice, femme indigène, femme syndicaliste) et toutes doivent être reconnues.